équilibre.jpg
 MÉDECINE HOLISTIQUE

Il est parfaitement légitime de s'impliquer activement dans la gestion de sa santé et de son mieux-être.  Parce que préserver son capital santé, ça appartient à chacun.  

 

Mon rôle est de vous y aider!

 

​Bien avant les temps modernes, l'être humain a su puiser dans les ressources naturelles disponibles et accessibles pour se fortifier et se soigner.  Ces médecines traditionnelles sont encore largement utilisées de nos jours.

 

La naturopathie est reconnue comme une médecine traditionnelle par l'OMS et L'UNESCO.  Cette discipline vise à promouvoir et atteindre une santé optimale et un bien-être global chez l’être humain par des mesures éducatives, préventives et curatives. 

 

Elle ne se substitue pas à la médecine conventionnelle. mais elle est parfaitement complémentaire à toutes formes de traitements, de pratiques médicales, paramédicales et alternatives. ​

Le naturopathe a ce double rôle essentiel à sa discipline; celui de thérapeute et celui d'éducateur à la santé qu'il exercera souvent conjointement ou à tour de rôle, selon les besoins et les buts recherchés.

 

​Le volet thérapeutique

​Pour améliorer la santé et le mieux-être global.

  • Soutenir les capacités d'autorégulations de l’organisme. 

  • Corriger les déséquilibres qui sont souvent en cause dans les troubles de santé.

  • Assainir les surcharges.

  • Combler les carences.

  • Réguler l’équilibre acido-basique.

  • Supporter les fonctions biologiques

  • Fortifier les systèmes de l’organisme.

  • Revitaliser l’ensemble de la personne.

 

Le volet éducatif et préventif​

Pour atteindre et conserver une santé/vitalité optimale et un bien-être durable.

  • Réviser les habitudes de vie incluant les facteurs de stress et proposer un mode de vie plus sain adapté à votre style de vie.

  • Optimiser tous les facteurs naturels de santé (oxygénation, hydratation, alimentation, élimination, luminosité, mouvement, récupération, pensées, joie de vivre, environnement social, physique, électromagnétique

Histoire de la naturopathie 

Par sa nature et ses fondements, la naturopathie se rattache résolument à la tradition médicale de la Grèce antique. Les principes qui président de nos jours à la pratique naturopathique doivent beaucoup au « Corpus hippocratique » du médecin Hippocrate qui a constitué la base de la médecine occidentale, du Ve siècle avant Jésus-Christ jusqu'au début du XXe siècle. Hippocrate, le père de la médecine, prônait de grands principes issus de ses observations et de sa sagesse. En voici quelques-uns:

 

Primum non nocere - D'abord ne pas nuire

Vis medicatix naturae - La nature recèle son propre pouvoir de guérison

Tolle causam - Découvrir et corriger la cause

Deinde purgare : détoxifier et purifier l'organisme

Docere : la nature enseigne

Que ton aliment soit ton médicament. Hippocrate ; La loi, XIII - IVe s. av. J.-C.

La force qui est en chacun de nous est notre plus grand médecin. Hippocrate ; La loi, VII - IVe s. av. J.-C.

À partir de la fin du XIXe siècle, au moment où toutes les sciences connaissent un essor fabuleux, la médecine découvre et intègre une foule d'approches empiriques allant de l'homéopathie à l'hypnose, en passant par les pharmacopées de diverses cultures. Aux États-Unis, le mouvement de la médecine éclectique a recours à de nombreuses approches médicales venues de la vieille Europe, d'Asie et des peuples amérindiens. Une panoplie de préparations d'herboristerie est également populaire auprès des médecins de l'époque.

C’est dans cette mouvance que l’Allemand Benedict Lust (1870-1945), qui était médecin, ostéopathe et chiropraticien, fonde officiellement la naturopathie après avoir émigré aux États-Unis. En 1902, il inaugure, à New York, la première école de naturopathie : on y enseigne l'hydrothérapie, l'herboristerie, la nutrition, la physiothérapie, la physiologie, la psychologie et une foule d'autres techniques thérapeutiques.

C'est ainsi que, dans le premier quart du XXe siècle, s'ouvriront aux États-Unis quelques douzaines d'écoles de médecine naturopathique offrant des cours d'une durée variant de deux à quatre ans. Ces formations étaient souvent associées à des cours avancés en homéopathie ou en chiropratique, des techniques médicales qui connaissaient également à ce moment un essor important.

Parallèlement à ce foisonnement, se développait une médecine davantage axée sur les interventions chirurgicales dites « lourdes » et sur les médicaments de synthèse issus de l'industrie pharmaceutique naissante. Cette approche, perçue comme étant davantage « scientifique » et aidée par le lobbying pharmaceutique, finit par gagner la faveur des facultés de médecine des grandes universités de l’Occident. C’est cette direction que prend la médecine au cours des décennies qui suivent. Seuls les médecins formés dans les facultés de médecine sont alors autorisés à diagnostiquer et à traiter les maladies. Le résultat est que la majorité des écoles naturopathiques ferment leurs portes.

Cependant, à partir des années 1970, la naturopathie connaît un regain de popularité auprès du public. Quelques universités américaines et canadiennes commencent même à offrir une solide formation de quatre ans. C’est l’arrivée d’une nouvelle génération de naturopathes. Selon plusieurs sondages, la population démontre beaucoup d'intérêt et se tourne de plus en plus vers les médecines complémentaires pour parfaire leur santé et bien-être.